L'asservissement au féminin, 3000 ans de monothéisme patriarcal.


La découverte montrant que les divinités de la Palestine ancienne étaient de sexe féminin devrait constituer une bonne nouvelle pour toute l’humanité.

90% des gens de la Palestine ancienne, au second Millénaire et dans les premiers siècles du premier Millénaire avant Jésus-Christ, vivaient dans des communautés rurales isolées, éparpillées mais surtout de type matriarcal et ce même après que Jérusalem eut émergé en tant que capitale d’un royaume uni.

La déesse ASHERAH était le culte principal. Ce culte est confirmé par les données archéologiques, lesquelles nous permettent de réinterpréter des passages auparavant incompréhensibles des textes anciens ; inclus la Bible où on trouve les preuves qu’on a essayé de supprimer des informations relatives au cultes d’Ashérah, et autres pratiques polythéistes.

L’existence d’un matriarcat pré-existant aux divinités masculines, dans les anciennes civilisations, est acceptée communément par les savants. Ce qui est nouveau et controversé, c’est la découverte que le matriarcat était aussi fermement établi dans le cœur même des trois grandes religions monothéistes.

Le monothéisme a connu un développement tardif, effectué par les auteurs et rédacteurs de la Bible avec un « rétro-éclairage « .
La religion de l’Ancien Testament et des textes hébreux est un écrit narratif fabriqué par des hommes pour servir les intérêts d’un groupe particulier, dans le but de propager et de défendre des idées. Cet intérêt était monothéiste, élitiste, sacerdotal, littéraire et masculin. Il conférait du prestige et du pouvoir à ceux à qui cela servait.
Les narrations monothéistes, patriarcales, ont largement asservi la conscience humaine pendant 3000 ans et plus.

Ne sommes-nous pas tous des créatures d’égale valeur à devoir être aimées de la même façon?


C'est ainsi que, depuis, la femme est devenue une créature déclassée en Occident et partout dans le monde et que son corps ainsi que son esprit ont oublié qu'elle est aussi une créature humaine au même titre que l'individu masculin. Les hommes préhistoriques pourtant sculptaient déjà ce corps porteur de vie et d'espérance.

Magy Craft 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Belgique - résultats des élections - une autre lecture

Peut-on encore espérer du citoyen ?