Les belles vacances

La période est propice pour songer aux vacances d'été. L'hiver relativement doux de cette année, sous nos latitudes, nous fait rêver plus que jamais au soleil et aux activités estivales. Par ailleurs, les fiches de congé circulent dans les bureaux pour la réservation des dates et les agences de voyage nous rappellent qu'il vaut mieux s'y prendre à temps pour bénéficier de bons prix mais aussi et surtout de places vacantes.

Pour les rescapés de la première vague de la crise à plusieurs volets que nous vivons depuis quelques années (ce n'est pas terminé n'est-ce pas et les effets secondaires attendent les derniers survivants (on oublie les non affectés habituels)), il faut donc songer dans un premier temps à la destination.
La destination, choix parfois difficile, ne l'est plus parce qu'on voudrait découvrir une multitude de paradis mais parce que les paradis sont en voie de disparition.
Où se rendre, si on doit tenir compte des guerres, du terrorisme, des insectes meurtriers, de la pollution hors norme, des radiations, des viols défiant toutes les statistiques, des prises d'otage, de la liberté de circuler en dehors de certaines zones pour des raisons de religion ou de sécurité, des tsunamis, et de tous les cataclysmes dus au changement climatique, etc...

Le choix de la destination arrêtée après plusieurs semaines de réflexion et de doute, il faut envisager le moyen de locomotion. Et là! Horreur! Tout peut être remis en question.
Si l'avion est la seule alternative, prendrons-nous le risque d'un détournement éventuel, d'être projetés sur un bâtiment ou un autre, de disparaître sans laisser de trace, de nous écraser par la faute d'un pilote dépressif ou d'un manque d'entretien de l'appareil pour des raisons économiques, d'exploser en plein vol pulvérisés par un Scud qui passait par là et parce qu'il est difficile ou pas économique de ne plus survoler des pays en guerre, etc...

Si le bateau est une autre possibilité ou un choix de coeur, espérons qu'il ne soit pas piraté, qu'il ne fasse pas naufrage dans une tornade, qu'il ne s'écrase pas sur des récifs parce que son capitaine veut parader devant des amis, qu'il ne coule pas en raison d'un embarquement de passagers excédentaires, qu'on ne doive pas se jeter à la mer après une panne de moteur et une prise d'eau du navire, etc

Nous déciderons, après moult réflexions et crises de panique, de rester plus près de chez nous. Un voyage en train peut être très agréable et en fermant les yeux, avec beaucoup d'imagination, se voir dans l'Orient Express.
Il faudra juste se dire que le nôtre ne déraillera pas en prenant un aiguillage, que le conducteur n'amorcera pas les virages comme un pilote de Formule I, qu'aucun camion ne sera à l'arrêt sur les voies ferrées, qu'il ne fera pas face à un autre train (collision frontale), etc

Décidément, il ne faudrait plus regarder les Infos tous les jours.
Prenons la voiture. Il faudra alors faire abstraction de notre sentiment de culpabilité en tant que pollueur de la planète et oublier tous les autres pollueurs qui eux achètent leur quota alors que nous nous le payons plusieurs fois et de différentes façons. Il faudra prendre patience lors des nombreux contrôles qui s'intensifient au sein de l'Union européenne et ceci grâce à la coopération et la formidable solidarité des Etats européens, il faudra absolument éviter de goûter au vin local et au petit digestif (même en ml) sous peine de finir les vacances sans permis de conduire ou propriétaire d'une formidable amende, accepter que certaines plages ne seront pas disponibles ainsi que certains ports, que les routes soient déformées ou impraticables, que les axes principaux soient engorgés au-delà de toute description et tolérance, etc

Finalement, restons chez nous! La marche à pied est excellente pour la santé. On évitera le vélo pour ne pas pourrir nos poumons avec les particules fines quoiqu'on puisse nous dire sur les vertus des deux-roues dont les propriétaires oublient en majorité le code de la route, on contournera les zones de non-droit dans les villes et on se limitera à celles qui nous sont autorisées, on évitera de prendre le métro à certaines heures bien précises et de descendre à certaines stations bien précises. Tout compte fait, on se contentera du tour du pâté de maisons ou d'un parc en croisant les doigts qu'il soit bien entretenu et reposant. On sera vraiment verni si on possède une terrasse ou un jardin.

Mes amis Craftiens, je vous souhaite bonne chance dans la préparation de vos vacances. Cueillez l'instant et profitez surtout des moments qui vous sont offerts.

Nous sommes tous en interaction, on l'oublie tous les jours. C'est pourquoi le monde doit être beau pour tous car nous l'aimons de cette façon pour nous. Si on ne veut agir pour les autres, agissons au moins pour nous-même.

Magy Craft








Posts les plus consultés de ce blog

L'intention ne doit-elle pas l'emporter par rapport au résultat ?

Johnny est toujours dans le coffre et guess who's coming for dinner ?

Notre dernière volonté nous appartient-elle encore ?