Terroristes-avocats, les super stars des médias

S'il est entré dans les moeurs de suivre les "grands" procès à la télévision comme une série quelconque à la mode ou un roman feuilleton dans la presse, posons-nous la question de savoir ce que nous appelons les "grands procès".
En général, il s'agit des affaires les plus glauques et les plus perfides mettant en scène des criminels meurtriers ou ayant dérobé beaucoup d'argent. Voilà le genre de sujet qui capte toute l'attention d'un audimat en attente de pouvoir donner son opinion, son verdict et ses critiques tout en se délectant des horreurs dévoilées jour après jour.
Il ne faut pas oublier un nouveau genre d'avocat qui tire avantage de ces affaires pour devenir les stars des médias et/ou se faire un nom.

Ces avocats nous diront que chacun a droit à une défense. Qu'il vaut mieux acquitter cent coupables que condamner un seul innocent. Que la justice est une affaire de droit et pas de morale. Certains iront même jusqu'à dire que si l’acquittement devant la justice se joue dans le prétoire, l'acquittement pour l'opinion publique se joue dans les médias.

Cependant, le rôle de l'avocat est-il de convaincre ou d'informer? Que doit-on penser de l'avocat qui joue la stratégie pour disculper et non pour veiller aux droits lors d'aveux du client qui se rétracte sur demande de son avocat? Ces avocats se cacheraient-ils derrière le fait qu'ils jouent non pas sur la culpabilité de leur client, souvent avérée, mais sur la durée de la peine qui est le deuxième volet du procès? Doivent-ils dès lors aller jusqu'à un acquittement quand il s'agit de personnes pouvant mettre la vie d'autrui en danger ou encore refuser la justice aux victimes en cherchant un vice de procédure?

Est-ce que nous devenons victimes de nos propres lois? Les victimes sont-elles devenues les second rôles des séries à succès de notre société ?

Cela m'interpelle particulièrement en cette période de trouble et de danger permanents liés à la guerre et au terrorisme des islamistes radicaux.
Des procès vont avoir lieu et les premières stars du barreau sont au taquet! Peuvent-ils agir de la même façon que lorsqu'ils défendent des meurtriers, des sadiques ou des voleurs de haut vol? Car si la moralité ne rentre plus en ligne de compte dans la justice, peut-on penser aux conséquences que les jeux de loi vont entraîner?

Vont-ils nous servir une procédure frappée de nullité malgré une culpabilité prouvée et des faits reconnus? Vont-ils oser remettre en liberté des terroristes reconnus sous un prétexte ou un autre? Car l'avocat doit aussi tenir compte que personne ne court de danger par la suite.

Les procès des islamistes radicaux ouvrent un précédent. On ne doit pas, on ne peut pas agir de la même façon. Il faut suivre les codes, la loi mais faut-il manipuler la loi au risque de nous porter préjudice?
Quel signal va-t-on donner aux radicaux ou à ceux en phase de radicalisation si on acquitte des coupables avérés pour vice de procédure, par stratégie pour minimiser la peine, etc....
Les avocats se pencheront sur le cas qui les concerne en perdant de vue la mentalité intrinsèque de leur client et le milieu dans lequel il évolue et est susceptible de retourner. Des cas précédents ont donnés l'exemple. Cela ne veut pas dire qu'il faut juger arbitrairement, cela veut dire qu'il faut arrêter les "magouilles" d'avocats à sensation pour libérer des terroristes avérés et donner un signal de société permissive.

Nous avons d'un côté des politiques, des organismes qui enfin se réveillent et commencent à découvrir toutes les ramifications du radicalisme non seulement hors Europe mais en Europe et surtout à côté de leur porte. On en termine un petit peu avec le pseudo racisme des Européens dans la traque aux terroristes islamiques, on dépense à nouveau des millions d'euros pour des plans de prévention et d'intégration (??!!) et d'un autre côté, on lancerait des acquittements et des peines minimisées et hyper médiatisés!

Par ailleurs, ces procès médiatisés et ces reportages sans fin font de ces assassins et collaborateurs à la terreur des super stars qui deviennent des idoles et des exemples à suivre pour nombre de nouvelles recrues.
Nous sommes à nouveau au centre de notre paradoxe et de notre schizophrénie. Mais les deux vont crescendo et il est temps de consulter afin de guérir et d'éviter l'internement si pas notre noyade.


Magy Craft


Le fameux secret professionnel, oui mais!

"La Cour de Justice des Communautés Européennes, qui ne reconnaît comme secrète que "la correspondance échangée dans le cadre et aux fins du droit de la défense du client"142. Mais la définition donnée par la Cour de cassation n'est pas plus large143. Et de manière comparable, la Cour d'appel de Liège parle d'"actes liés nécessairement à la qualité d'avocat"144.
La distinction doctrinale traditionnelle entre les activités de l'avocat en tant que tel et celles en tant que mandataire ou dépositaire, date encore du temps où l'on ne considérait que la plaidoirie et la rédaction des conclusions comme des activités typiques de l'avocat, et est dès lors devenue totalement archaïque. En définissant le secret professionnel par rapport à toutes les activités professionnelles de l'avocat, on lui donne une extension qu'il n'a jamais eue. On oublie surtout de se demander si toutes les activités professionnelles de l'avocat d'aujourd'hui sont à ce point importantes pour l'administration de la justice  qu'elles justifient une si grave exception au droit à la vérité et aux obligations auxquelles le client est tenu en soi envers les tiers." Extrait de Professional Ethics
and procedural fairness Belgian report










Posts les plus consultés de ce blog

Exportations d'armes - Arabie Saoudite (Yemen, terrorisme) - emplois versus carnage

Chronique de la décadence pour l'annonce d'un effondrement convenu.