Le chaos des incertitudes

Nos peurs sont-elles à l'origine de nos paradoxes et de notre société chaotique? Les Craftiens patentés sont au fait de cette récurrente question. Dans les nombreux articles décortiquant les actions et les pensées des acteurs de nos sociétés, il apparaît ordinairement que le chaos croissant dans le monde est provoqué par nos paradoxes. Ces paradoxes, qui modérés sont parties intégrantes de l'être, nous mènent vers la confusion, l'anarchie, le désordre quand le déséquilibre provoque la névrose sociétale. Cette névrose dont nous avons déjà traité.

Nous vivons une période plus marquée d'insécurité, une insécurité plus ressentie et qui suscite la peur. Les moyens de communication sont évidemment un vecteur de la propagation de ce sentiment puisque tout en diffusant les informations, ils nous noient simultanément d'images effrayantes, d'annonces angoissantes. Il ne faut pas négliger le système "en boucle" qui peut engendrer une vraie paranoïa avec en écho les émissions d'ergotage qui se veulent rassurantes. Terriblement schizophrénique tout cela. Nous restons fidèles à notre névrose, nous accomplissons rituellement les mêmes erreurs, nous n'avons aucun sens de l'apprentissage et de l'évolution.

Nous voulons à tout prix et rapidement des résultats. Nous oublions que nous les exigeons depuis des décennies pour certains sujets. Nous ne prenons aucun recul pour méditer sur la question et se dire que nous avons eu tout ce temps pour apprendre, changer et obtenir ces fameux résultats.

Nos mentalités sont comme des sacs de plomb que nous avons bien du mal à déplacer. Nous n'aimons pas les discussions qui n'aboutissent pas directement sur des applications concrètes. En fait, nous avons progressivement perdu le sens de la réflexion, de la création et de la vision. Mais comme on sait "Là où il n'y a pas de vision, le peuple meurt". Ici, vision n'a pas le sens de rêve ou d'idéal. Cela signifie une compréhension de la vie telle qu'elle est, de ce que nous sommes et de nos actes. Si nous ne comprenons pas cela comment pouvons-nous évoquer le sens pratique et l'obtention de résultats? On tourne en rond comme un poisson rouge dans son bocal. On ne peut omettre la théorie philosophique ou l'opposer au fonctionnement pratique. Nous le vivons tous les jours au travers de nos paradoxes croissants. Prenons les nationalistes qui veulent un Etat souverain et qui en même temps souhaitent la paix mondiale. Voilà une belle contradiction. Ou bien, vouloir la qualité au prix le plus bas, l'équilibre sera la médiocrité. On rejette l'autodiscipline, si chère à votre Magy, mais comment dès lors prétendre à un idéal moral supérieur dont tous nos bons samaritains se réclament? chaos

Il est primordial que nous sachions d'abord ce que nous voulons vraiment, ce que nous désirons, ce à quoi nous aspirons. Nous devons redéfinir nos valeurs communes pour le modèle de société d'aujourd'hui, alors et alors seulement nous pourrons discuter des modalités.

Il y a trop de feuilles qui ne sont plus rattachées à l'arbre et l'arbre ne sent plus ses racines. Toutes les citations d'amour, de paix et de beau postées sur les réseaux sociaux sont autant d'appels à la construction d'un nouveau modèle de société. Pour changer celle de laquelle nous souhaitons nous extraire, il faut regarder avec le coeur et non avec la peur, il faut analyser avec l'esprit et non avec des critères, il faut savoir qui nous sommes et ce que nous voulons.

Pour avancer, il faut agir et non attendre l'autre. La société c'est "nous" et pas seulement "eux".



Magy Craft

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le malin plaisir

La mentalité du vaincu et du vainqueur