Nouvelle idéologie: abolition identité

Sous couvert d'une théorie géniale qui devrait gommer toutes les discriminations et tous les problèmes sociétaux, nous assistons à la naissance d'une nouvelle idéologie qui, si nous n'y prenons garde, aura pour seul effet d'effacer notre identité spécifique. Comme pour toutes les idéologies, elle a du succès parce qu'elle s'adresse d'abord aux plus fragiles et à ceux qui se sentent exclus ou victimes d'un système. Malheureusement, la finalité n'est pas ce qu'ils espèrent et la solution est ailleurs.

Nous allons parler de la théorie du Queer. Expliquons tout d'abord le mot anglais "queer" qui veut dire "étrange", "bizarre" et qui a fait fureur dans les années 1990 bien au-delà des pays anglo-saxons. L'idée a été de regrouper toutes les personnes subissant une discrimination en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre alors qu'elles étaient divisées jusque là. Se revendiquer Queer devient un geste politique et social qui fait de l'insulte de jadis une fierté.

Nous avons donc maintenant, et c'est important pour la suite, une théorie Queer (reprise par le groupe LGBT) qui est une théorie qui critique la notion de genre, le féminisme et l'idée préconçue d'un déterminisme génétique de la préférence sexuelle. Cette théorie apparue aux Etats-Unis (on les suit dans tout surtout le pire, même si certains s'insurgent du mimétisme et sont fiers d'y avoir aussi pensé en Europe), se fait au travers de relectures déconstructivistes. Cela part de l'idée que le genre se construit et n'est pas un fait naturel. Nous ne sommes donc pas naturellement hétérosexuels. Cependant, comme cette théorie parle d'identité, on peut être dépité d'être défini par notre seule sexualité!

Cette théorie, adaptée à la sauce européenne et par certains nouveaux adeptes, est à tout le moins encore plus ambigüe et bizarre. Se dire Queer c'est ne définir ni son genre, ni son orientation sexuelle, ni son origine ni même sa classe sociale. C'est d'une absurdité épouvantable. Tout d'abord parce que personne n'a à connaître certaines choses de notre vie privée et pourquoi soudainement devrait-on déclarer en ne déclarant pas ce que l'on est, vous me suivez? Cela ne semble concerner que certaines personnes, donc dire que cela s'officie dans le but de la paix et d'une relecture de la mondialisation.... il y a un grand cafouillage. D'ailleurs, cela se vérifie dans la pratique puisque seuls les membres LGBT sont visés par Queer. Paradoxalement, n'oublions pas nos paradoxes et nos névroses, nous continuons à militer et à nous battre pour "le droit à la vie privée", "le droit au culte choisi", "le droit d'exprimer ses idées et qui nous sommes sans sanctions".

Il semble évident que cette théorie Queer ou du genre appliquée à l'ensemble de la société, deviendra une idéologie qui fera de chaque être humain un individu aseptisé sans couleur, sans saveur, sans odeur et surtout sans aucune identité. Fini la spécificité. Ce n'est pas en appliquant une politique de dé-construction de l'être qu'on va lui apprendre à se respecter mutuellement avec ses différences. Il est bien vrai cependant que la lobotomie est plus efficace, elle a par ailleurs déjà fait ses preuves.

On connait la position de la Suède à ce sujet. Malgré les nombreuses erreurs que la Suède a pu commettre en matière d'éducation (les résultats se font déjà sentir dans le giron familial), certains pays, dont la France, arrivent encore à baver devant leurs idées loufoques. Pourquoi toujours prendre ce qui ne fonctionne pas et laisser ce qui est efficace? Donc, en France, il y des écoles pilotes dont la direction a fait un stage en Suède et qui appliquent dès la crèche cette théorie du genre.

Et le Conseil général veut étendre l’opération au stade de la maternelle pour ne pas perdre l’ « acquis ».

 Cette théorie étant anti-féministe et pro dé-construction des logiques sociales binaires que pouvons-nous en attendre? L'excès bien évidemment. Quand on regarde de plus près, il ne s'agit plus de donner une place due aux GLBT dans la société mais bien de commencer par les tous petits et de leur apprendre, par exemple, de ne pas s'amuser avec des jouets typés. Anodin? Pas quand on entend, que si une fille joue trop à la poupée, on l'en dissuadera et si un garçon joue trop avec des camions, on fera de même. Il ne s'agit plus de laisser libre cours au choix naturel mais bien d'une nouvelle orientation, celle du rien du tout (en Belgique nous avons déjà des cours "de rien du tout"). Une nouvelle crise identitaire s'annonce: celle du vide et elle ne sera pas que sexuelle. Cette erreur de vouloir appliquer la transversalité, cette soi-disant traversée des frontières sexuelles, identitaires ou culturelles n'est ni plus ni moins que le lissage de toute spécificité d'un être et sa reconnaissance en tant que tel, contrairement à ce que prétendent les porteurs de cette théorie au niveau politique.

Nous avons tout l'arsenal nécessaire et depuis longtemps pour faire face à toutes les injustices et les discriminations existantes. Nous pouvons rayer légalement les inégalités salariales et pénales entre les hommes et les femmes, nous pouvons donner une place dans la société aux invalides, nous avons les lois pour protéger les GBLT ou les ressources pour affiner ce qui doit l'être. Il n'est pas utile de modifier la sexualité des hétérosexuels et leur mode de procréation ou de faire croire à une femme qu'elle est stupide dans tel ou tel acte de féminité, de la même façon pour un homme. Nous avons tous encore notre place dans ce monde et notre raison d'être. Si les enfants peuvent être conçus en laboratoire et ne pas connaître leurs géniteurs, il ne faut pas laisser sous-entendre qu'il devient anormal qu'un homme et une femme s'accouplent par amour pour faire naître un ange. On en arrive presque là, bientôt. Deux névroses s'affrontent déjà: l'une qui défend la bonne psychologie d'un enfant même s'il ne sait pas d'où il vient et l'autre qui défend l'idée qu'un enfant, même adopté, a le droit de connaître ses origines pour son bien être psychologique. Et s'il sort d'une éprouvette? On part sur un autre sujet. Mais tout ceci est bien complexe et il faut réfléchir à tout et se respecter mutuellement avant de foncer tête baissée dans un tel projet de société.

Si en France le projet est porté par Think Tank Different - Virginie Martin souvent vue à C dans l'air et Thomas Hollande fils Royal-Hollande, on en parle un peu partout en Europe mais surtout cette théorie est utilisée à toutes les sauces, ce qui prouve qu'elle devient un instrument purement politique et idéologique qui se retournera contre ceux qui ne sont pas vigilants et aveuglés par des revendications égoïstes comme cela a été le cas à la naissance de chaque idéologie.
Ce n'est pas en nous effaçant que nous effaçons les douleurs.

Magy Craft


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les gagnants du chaos

La déflagration des frustrations par procuration

Les gilets jaunes