Evolution: figement et contre-attaque

"(...) Il est temps que l'individu produit redevienne un individu à part entière. Un être humain unique avec toutes ses spécificités. Que cet Homme soit en constant éveil et qu'il considère la vie comme la plus noble des conquêtes. Qu'il se définisse par l'autodiscipline, la volonté, la détermination, le choix, l'autonomie de pensée, la responsabilité. Qu'il soit à même de pouvoir se respecter afin d'avoir du respect pour son prochain. Qu'il réalise que les actes négatifs vécus et posés au sein d'un groupe, d'une famille sont les mêmes que ceux vécus et réalisés à l'échelle de la société, des pays, du monde. Nous ne sommes pas les anges bien-pensants que nous prétendons être. Seule une poignée se démène avec l'énergie positive comme une goutte dans l'océan. Recueillons cette goutte avant qu'elle n'éclate et n'ait pu délivrer son message. " Extrait de "Quand la terre tourne carré -2013"(Thebookedition.com)

Toutes ces bouches qui hurlent paix, patriotisme, rassemblement, égalité, respect, solidarité, liberté, protection, travail, droits de l'homme, démocratie, etc... , ces mêmes bouches se figeant en un rictus pathétique puisque ces mots traduisent en fait une pensée orientée vers le conflit, le nationalisme, la division, la disparité, le mépris, le désordre, les contraintes, le rejet, la servitude, l'esclavage aux Totems des idées préconçues, à l'hégémonie.

On veut du changement mais on ne veut pas changer. On accepte le changement si cela signifie que les autres adoptent sans concession nos idées. On tolère le changement si cela augure de revenir à des schémas qu'on a désapprouvés auparavant. On veut des changements qui servent spécifiquement nos propres intérêts tout en martelant que nous agissons pour le bien de l'humanité et en perdant de vue qu'en dédaignant notre interaction et interdépendance, nous oeuvrons à notre propre insuccès.

Au sein de chaque pays se perpétue l'activité favorite de chaque parti politique qui se résume à amasser le plus de membres et d'électeurs possible afin d'engranger assez de fonds pour survivre et permettre à ses élus de construire et pérenniser leur carrière. Les citoyens-électeurs de chacun de ces partis se battent comme de beaux diables autour d'un projet dont ils ne connaissent pas tous les tenants et aboutissants, se privant de cette façon d'ouvrir leur champ de vision et d'imposer à ceux qu'ils maudissent si souvent de mettre en commun le meilleurs de leurs idées pour le bien de tous. La fragmentation des idées entraîne une fragmentation dans le résultat. Cet état de fait a été constaté depuis des décennies entraînant une colère ou une apathie citoyenne sans que cela ne change pour autant leur attachement à la fragmentation des possibilités en restant attaché à un système obsolète. Nous nous retrouvons à nouveau dans la sublime schizophrénie sociétale de notre siècle. Le système démocratique est lui aussi mis à mal dans nos pays de par divers mécanismes instaurés qui font que nous nous sentons menés par une tendance tyrannique qui non seulement met au pouvoir un ancienne routine décriée mais la conteste dès sa prise de fonction pour ré élire son substrat.

L'Union européenne, mise à mal par les dirigeants de ses propres états membres, est cependant le va-tout des pays qui la composent. Méconnue d'une grande partie des citoyens européens, elle représente seulement à leurs yeux ce qu'ils en ont entendu dire pendant des années par ceux qui l'ont prise comme bouc-émissaire de leur mauvaise gestion politique. S'il est vrai que l'égoïsme nationaliste de chaque pays lui a fait perdre sa vocation première, elle demeure néanmoins la puissance nécessaire pour faire front aux attaques extérieures qu'elles soient terroristes, territoriales ou encore économiques.
Nous attendons toujours que les états membres incluent dans le programme éducatif un cours relatif à la citoyenneté européenne ainsi qu'à son actualité et à son fonctionnement afin de préparer nos jeunes à sa compréhension et leur permettre de s'y investir pour l'améliorer comme ils le font ou devraient le faire pour leur pays respectif. Lorsqu'on observe la facilité avec laquelle les extrêmes ont la capacité d'entraîner des millions de personnes prêtes à leur donner le pouvoir absolu (le basculement s'est opéré dans certains de nos pays), on se rend compte combien le manque d'information, de connaissances contribuent à la mise à mal de toute une société. On n'oublie pas le Brexit voté sur base de mensonges énoncés Nigel Farrage (ex co président en 2014 du parti d'extrême droite Europe de la liberté et de la démocratie directe).

Autre argutie relevée concernant la piètre participation des états membres dans la construction européenne est bien celle de l'inexorable et seule possible alliance franco-allemande. Il est évident que cette alliance soit importante, tout comme est importante l'alliance de même niveau avec tous les états membres qui ont choisi de rejoindre la famille de l'Union européenne. Si ce ralliement génère des droits et des avantages, il implique aussi des devoirs, des obligations. Il est donc incongru de penser et même d'accepter que certains membres soient fédérateurs et actifs quand d'autres suivent une politique contraire aux convictions de l'UE, l'affaiblissent par leurs refus de participer à son évolution que ce soit au niveau social, économique ou encore militaire.
Chaque membre a le devoir de participer selon les engagements de conviction au projet pris et selon ce qu'il peut apporter, favoriser pour le bien de tous. Il est clair que les guerres fratricides nationales se reflètent au niveau européen.
Il est aussi malsain et ahurissant d'entendre, de lire des ministres, des chefs d'états de différents pays de l'Union, demander ou attendre du nouveau président français qu'il démontre que l'UE peut se réformer ou réussisse seul à mettre en musique la nouvelle politique de l'Union européenne. Le plus surprenant est que cela ne semble gêner aucun autre chef d'état qui serait prêt à assumer son rôle dans l'Union, aucun journaliste (on entend plutôt des sarcasmes et on attend la possible chute), ni aucune adhésion/collaboration de la part de partis de son pays qui prétendent vouloir le bien de leurs citoyens. Mais nous avons déjà compris que la ségrégation des idées entraine une ségrégation des droits globaux citoyens.

Nous sommes très fatigués de toute cette violence verbale, de toutes ces démonstrations de force pour asseoir des principes au-dessus d'autres principes. Nous sommes lassés des crimes et des guerres, des fous, des malades, des despotes au pouvoir. Nous sommes exaspérés par ceux qui veulent nous faire marcher là où nous ne voulons pas marcher parce que cela leur semble le seul bon chemin, de devoir toujours descendre plus bas car il est de bon ton de mépriser la culture et le beau, d'avoir honte ou de culpabiliser de vouloir travailler après cinq heure ou le week-end et se reposer un jour de semaine. Nous voulons circuler sans contraintes et rencontrer les gens de l'UE et même du monde entier, nous voulons parler plusieurs langues et pratiquer celles que nous connaissons, nous voulons visiter les musées des plus belles villes, nous désirons que nos enfants puissent étudier à l'étranger et surtout partout dans l'UE, nous souhaitons garder la possibilité de travailler hors de nos frontières, nous espérons toujours prendre nos vacances facilement ailleurs qu'entre nos murs, nous sommes outrés que l'on veuille nous culpabiliser et nous déposséder des fruits de nos efforts, de notre travail sous prétexte que d'autres souhaitent partager nos biens de pseudo nantis. Tout cela est de la propagande. Appauvrir ses compatriotes, ruiner les entreprises ne fera pas revivre le jardin d'Eden.

 Nous ne voulons pas que nos libertés deviennent d'anciens rêves.

Magy Craft






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme : pourquoi vouloir l'égalité dans la débilité et le manque de responsabilité ?

Hongrie : Orban ne représente pas l'âme Magyar