France: debriefing du débat Macron - Le Pen: "Johnny est toujours dans le coffre".

Le débat attendu dans la fébrilité et dans une préparation digne des plus grands matchs sportifs a eu lieu. Un débat présentant, à notre famille européenne et au reste du monde, deux candidats devant incarner la France et ses citoyens non seulement via sa politique et ses résultats mais aussi par sa façon d'être, sa cohérence, sa fiabilité, sa prestance, son maintien.

Le "monde" hors des frontières françaises a aussi été témoin d'un spectacle à la hauteur des idées et de la personnalité de M. Le Pen. Comme tous les groupuscules, grands ou petits, qui n'ont pour fonction que de détruire pour assouvir leur soif de pouvoir, le FN a fait la démonstration qu'il n'avait aucun programme cohérent et digne de ce nom voire même aucun programme sur des thèmes très importants. La seule façon d'en détourner l'attention de ceux qui écoutent est bien évidemment d'interrompre constamment la personne avec qui on est supposé dialoguer, sortir des phrases clefs et préparées hors contexte, nous endormir et nous agacer avec des laïus répétés sans fin comme un magnifique lavage de cerveau et d'utiliser les mensonges et les attaques personnelles mesquines et diffamantes pour énerver n'importe quel saint afin de salir son image.
Le grand paradoxe des personnes du FN et de leur présidente, candidate à la présidence de la France, est de vouloir rendre "aux maîtres des écoles" leur autorité alors qu'eux-mêmes symbolisent et présentent une image de qui ils sont de par leur arrogance, mesquinerie, moquerie, mensonge, privation des libertés intellectuelles et de parole sans évoquer leur volonté à ruiner le travail de plusieurs générations d'européens qui se battent pour la paix et la résolution des problèmes et de travailler avec d'autres pays de l'Europe ayant un fort taux en faveur de l'extrême droite, ou ayant ce type de gouvernement au pouvoir, à créer leur Europe despotique, certifiant même qu'ils parviendront à en convaincre toute l'Union européenne. Si le dessein n'est pas clair maintenant pour les septiques alors il ne le sera jamais.

E. Macron a été le premier qui enfin ne s'est pas laissé piégé par cette stratégie de l'attaque personnelle et qui tout en remettant M. Le Pen face à ses délires a pu tant bien que mal expliquer une partie de sa vision de la France de demain. On ne pouvait pas s'attendre à ce qu'il puisse faire des miracles face à une farfelue qui lui coupe tout le temps la parole. Il ne pouvait pas non plus ne pas démentir ses mensonges. S'il ne l'avait pas fait, on le lui aurait aussi reprocher.

On quotera un extrait d'article du Monde:  "Dans cet exercice très contraint, les deux animateurs ne souhaitent pas être uniquement les gardiens du temps de parole entre les deux prétendants à l’Elysée et ils n’entendent pas faire de la « figuration » : « Les journalistes sont des passeurs, mais nous pourrons éventuellement réagir pour remettre les choses dans les rails, préciser un fait », explique M. Jakubyszyn."

Il semble que cette profession de foi n'ait pas eu lieu et que cela est plus difficile que de traquer les "off". 

Il y a même certains du "débriefing" qui reprochent à E. Macron de ne pas avoir introduit de la littérature dans ses propos. Votre Magy rit. Ces mêmes personnes qui juste un jour avant l'exhortaient à parler plus simplement pour que tout le monde le comprenne et pas seulement "ceux de la France des villes". Une façon disent-ils de s'adresser à la France "d'en bas". Votre Magy a d'abord très difficile avec cette ségrégation et d'autre part, votre Magy est certaine qu'on lui aurait reproché de se renier pour flirter avec un électorat qui n'est pas le sien plutôt que de les convaincre qu'il peut les aider.
Déjà vu? Mais oui, les vieilles habitudes ont la peau dure.
De plus face à une personne qui reste en dessous de la ceinture, difficile de parler littérature. Non?

 Ah, le débriefing et la réaction de certains protagonistes. Les propos avant et après le sondage des Français! Tout un programme aussi !!

On ne s'étendra pas trop car se serait répéter tout ce que votre Magy écrit depuis des lunes. Cependant, les premières réactions des débriefings (multiples avec divers acteurs de la société) ont été surprenant. Tout d'abord: oui pénible débat genre cours de récréation mais y incluant les deux candidats, allant même jusqu'à prétendre que M. Le Pen a lancé le jeu dès le départ déstabilisant E. Macron. Nous n'avons pas du voir le même débat ou alors nous avons bien la démonstration que le recul est nécessaire mais aussi que l'Union européenne n'enlève en rien nos spécificités et notre identité, donc notre façon de penser, de voir les évènements.

Ensuite, les sondages tombent et on voit que la crédibilité et l'attitude de M. Le Pen en prennent un coup. Personne ne sera surpris de constater que les commentaires et analyses vont subitement changer chez certains (pas tous heureusement). C'est ce phénomène que votre Magy met souvent en lumière car il a une influence à un moment précis.

Votre Magy reste dubitative sur la suite des évènements et sur le leitmotive général "après on verra".

S'il est plus qu'une évidence qu'un parti d'extrême droite ne peut être au pouvoir dans un pays de l'Union européenne, il est aussi une évidence que les citoyens veulent un changement sans changer eux-mêmes.
Ils sont en cela aidés par les syndicats, les leaders des autres partis politiques et certains autres acteurs de la société.
On entend déjà que si E. Macron est élu, il sera immédiatement "cassé" par nombre de personnages (on ne parle pas de M. Le Pen si elle est élue??? - même si les commentateurs et autres personnages n'y croient pas, ils doivent néanmoins se positionner de la même manière par rapport aux citoyens).
Ce qui veut dire que dès le départ, il n'y aura pas de changement pour la France puisqu'on ne laissera aucune place aux nouvelles idées mais qu'on se battra pour imposer des idées qui n'ont pas fonctionné et qui ont envoyé des millions de Français vers l'extrême droite.
Il serait plus judicieux que les bonnes idées soient retenues et qu'un dialogue se fasse pour améliorer ce qui doit l'être. Les clivages divisent et tuent un pays. Toute l'Europe le vit, il serait temps que dans chaque Etat membre, les partis changent leur mentalité et se recyclent comme ils le demandent aux citoyens. La société civile ne peut croire ceux qui ne donnent pas l'exemple et ira en guerre si son leader va en guerre. On se sert du "peuple" quand cela arrange les affaires. L'opposition a peur pour sa raison d'être pas vraiment pour l'avenir du pays sinon elle agirait pour les siens avec intelligence.

Votre Magy se positionne clairement en cette période trouble en Europe et dans le monde. Elle demande et souhaite une Union européenne renforcée dans sa politique sociale et économique, l'exclusion de tous les membres de partis extrémistes et même la dissolution des partis anti-démocratique ou de dictature, de groupuscules dangereux pour l'évolution et/ou le maintien de nos valeurs, de notre moralité et de groupuscules (devenus parti)  introduits dans notre système dans le passé à des fins électorales sans penser aux conséquences dans un futur lointain.

Les citoyens du XXI° siècles ont le droit de changer cette aberration et le doivent. On leur demande tellement de modifications de la constitution que celle-ci ,vitale, est un devoir. Les groupuscules qui pratiquent le lavage de cerveau des plus faibles ne sont pas nos amis qu'ils soient islamistes, de dictature ou autres.

Un boomerang finit toujours par revenir à celui qui l'a lancé. On dira aussi qu'on en a assez des commémorations qui ne servent plus à rien, des larmes, des conflits, des manifestations, des retours en arrière, des vociférations et du manque d'optimisme.

Nous les optimistes, les créateurs, les travailleurs pour demain, qui pensons à nos enfants, nous nous permettons de demander à ceux qui veulent vivre dans le passé, la pauvreté, l'isolement et la dictature, de se regrouper quelque part et de vivre comme ils veulent sans nous embarquer dans leur délire. Mais nous savons que cela ne les satisfait pas car le rêve de leurs leaders est la domination et non pas la liberté.

Magy Craft



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le malin plaisir

La mentalité du vaincu et du vainqueur