Les partis radicaux : pourquoi les femmes votent-elles pour ceux qui nuisent à leurs droits?

C'est en apprenant la triste nouvelle concernant le choix de l'Andalousie de pivoter du côté de l'extrême droite, que votre Magy se demande, à nouveau, ce qui peut bien se passer dans la tête de ceux qui votent pour les partis radicaux/extrêmes, qu'ils soient de gauche ou de droite, mais surtout dans celle de la gent féminine.
Les Andalouses, qui ont voté pour VOX, n'ont-elles pas lu l'ensemble du programme ? ont-elles zappé la ligne qui parle de l'abolition de la loi sur les violences faites aux femmes, sont-elles masochistes ? ou aucune Andalouse n'aurait-elle voté pour VOX, ce qui semble très peu probable.
Très peu probable en effet quand on constate que si auparavant le vote pour l'extrême droite était l'apanage de la gent masculine, de nos jours les femmes lui donnent aussi leur voix.


Qu'ils soient de droite ou de gauche, les partis radicaux/extrêmes font une guerre constante contre la liberté, l'égalité et les droits humains dès qu'il s'agit des femmes.
A gauche, le sexisme et le patriarcat sont outrageusement passés sous silence. L'extrême droite pioche allègrement dans les références de l'extrême gauche afin de rallier les électeurs populaires déçus par les socialistes. C'est un leurre bien sûr mais cela permet parfois même une union comme en Italie.

Dans l'ensemble les radicaux ont pour la femme une conception ultra-conservatrice, sexiste et anti-féministe.
Cette vision se fait au travers de propositions dans leur programme que les femmes ne semblent pas lire (aveuglées comme leurs comparses masculins par la haine facile du bouc émissaire et la colère stérile qui détruit au lieu de réparer et construire) ou de façon volontairement ambiguë dans leurs propos et slogans.
Cependant, le résultat est toujours le même dans sa finalité:

- renvoyer les femmes "dans leur foyer"
- contrôle du corps de la femme
- pas ou plus d'autonomie pour la femme
- non- participation de la femme dans la sphère publique et privée

Il est plus que surprenant que les" bicyclettes" du 8 mars, les" balanceuses de porc" et d'autres choses, que les organismes des droits de la femme ou de la personne n'en font pas plus état et n'alarment pas leurs contemporaines, amies européennes, leurs compatriotes de ce fait, tout autant que les médias par ailleurs. Les citoyennes qui veulent participer à la vie politique et sociale de leur pays, ont ici (à nouveau un autre sujet de construction), un cas très important à défendre et une mobilisation à mettre en place pour éclairer celles qui sombrent dans les discours faciles en prenant le risque de perdre le peu de droits que les femmes ont chèrement obtenus mais aussi de se défendre car leur chute entrainera la chute de toutes les femmes de l'UE. Regardez les pays de l'UE où cela s'est produit et songez à ce qui se passerait si ces partis prenaient le contrôle, ou pèseraient fortement au PE et au Conseil après les élections de mai 2019 ?

La femme et ses droits sont instrumentalisés néanmoins les radicaux ont besoin de sa voix pour élargir leur électorat. Votre Magy avait déjà souligné depuis un certain temps que là où passaient les radicaux, les premiers citoyens à en baver étaient les femmes mais que les autres suivraient. La Hongrie et la Pologne nous en ont donné l'exemple. Nos amies européennes nous ont appelés, nous n'avons rien fait. Absolument rien! Même pas un buzz ! Pourtant cela aurait mis en lumière le danger pour les femmes de voter radical en dehors de toute considération politique. Que ceux et celles qui prétendent oeuvrer pour l'égalité et le bien des femmes fassent leur examen de conscience et pensent à ce qu'ils peuvent et doivent faire maintenant.

 Pourquoi un groupe a-t-il plus de pouvoir qu'un autre? pourquoi un groupe peut-il nuire en toute impunité? pourquoi un groupe est-il libre et un autre pas? Ce sont des questions que nous pouvons et devons nous poser mais ce sont aussi les questions utilisées par les radicaux pour constater, souvent arbitrairement, des situations inéquitables ou d'oppression et inciter à prendre des mesures extrêmes à leur encontre. Votre Magy a souvent dit que nous étions victimes de ceux qui sèment la confusion dans les esprits et jouent avec nos propres codes démocratiques.

Les radicaux de gauche et de droite ne tiennent nullement compte des droits de la femme et vont même jusqu'à abolir ceux dont elle dispose.
La femme, qui représente plus de la moitié de la population mondiale, peine à se sortir des clichés et de son statut de victime pour s'imposer comme citoyenne à part entière dans notre société mais elle aggrave son cas en fonçant tête baissée dans les bras de ceux-là mêmes qui la réduiront en esclavage. La femme doit faire face à une guerre constante, exacerbée par les partis radicaux, menée contre la liberté, l'égalité et les droits humains. Comment peut-on passer sous silence la chasse aux Rom et la stérilisation des femmes Rom ?

Pour cacher le fonds de commerce xénophobe, sexiste, homophobe, il faut faire peau neuve. Allons donc flatter la femme et obtenir son vote. Une femme, mère de famille qui vote radical, cela fait sauter pas mal de verrous et de préjugés.
Dans certains pays, on trouvera à la tête de ces partis une femme qui jouera la carte de la femme moderne et active, de la mère de famille divorcée ou pas, bref de celle qui connaît la dure réalité de la vie d'une femme. Pourtant la politique et la mentalité de ces partis sont claires: chacun dans son rôle ! Que les femmes ne lisent-elles pas les programmes ou n'écoutent-elles pas leurs voisines européennes au lieu de se barricader chez elles dans cette idée galvaudée de nationalisme.

Ils ne diront pas "femme, retourne dans ton foyer" mais l'accent sera mis sur l'éducation. Une bonne éducation évite la délinquance. Il faut donc une présence, maternelle, à la maison qui sera récompensée par des primes ou des allocations pour des enfants "supplémentaires", les congés d'éducation, et on en passe.

Le contrôle du corps est une suite logique. Un retour complet sur la dépénalisation de l'IVG. Certains y vont plus calmement en commençant par un non- remboursement de l'avortement et de la contraception. Prêcheront pour l'adoption prénatale. A demi-mot, favoriser l'augmentation de la population autochtone pour lutter contre l'immigration. Un retour vers les avortements clandestins et une mortalité accrue pour les femmes, les plus aisées pourront/devront se rendre à l'étranger là où les radicaux n'ont pas encore changé les lois mais cela semble devenir de plus en plus difficile. Tout en prônant le "racisme socio-économique" pour camoufler leur opposition "aux races" et leur incompatibilité entre cultures, ils obligent néanmoins les plus défavorisées à mourir dans la clandestinité.

Abrogation de la loi Taubira sur le mariage des couples homosexuels en France et lutte contre l'homosexualité (femme et homme) par tous les radicaux même dans les partis où paradoxalement siège un homosexuel.

Pas d'autonomie pour les femmes: à partir du moment où la femme n'a plus, comme avant, contrôle de son corps et est dépendante financièrement d'un conjoint ou d'un organe étatique, elle n'a plus aucune autonomie ni aucune liberté concernant son choix de vie. La maltraitance ne pourra plus être détectée et punie puisque certains (les autres suivront) abolissent déjà la loi pour les violences faites aux femmes. De plus, ces partis proposent aussi le vote familial, ce qui revient à dire que le choix reviendrait au chef de famille qui en général est l'homme.

On peine aujourd'hui à éclairer la société à ce sujet que l'on veut déjà l'enterrer sous le plus grand silence social du XXI° siècle dans l'Union européenne avec le consentement des femmes !

Tout ceci entraîne forcément une non -participation de la femme dans la sphère publique et privée qui remet en question les acquis et les avancées obtenus par les femmes.

Magy souligne à nouveau l'importance pour tous les citoyens de s'informer et de s'instruire d'un sujet avant de juger et/ou de décider. La participation est une de nos plus grandes responsabilités et elle doit donc se faire de manière réfléchie et mature.
Dans le chaos, la haine, la confusion, le tumulte, l'égoïsme, la recherche d'un bouc émissaire, les citoyennes (tous les acteurs de la société) se font plus de mal que du bien. Ils sont tous perdants.

La femme sera la plus grande perdante, elle qui dans ce fracas ne voit même plus qu'on se moque d'elle encore une fois et qu'on la manipule. Les têtes qui vous semblent sympathiques ne vous veulent pas du bien et demain elles ne seront plus. Seul alors l'ADN du parti comptera encore et toujours et que ferez-vous?

Femmes, soyez vigilantes mais surtout pensez que vos actes entrainent dans leurs sillons des millions de vos soeurs européennes, aidez celles qui sont perdues dans ce brouillard, qu'on informe mal ou pas du tout.

Merci à vous toutes et à tous ces hommes fabuleux qui font la route à nos côtés depuis toujours.

Craftiennement vôtre,

Magy Craft


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UE : nous avons passé les limites du tolérable et de l'acceptable

Quand allons-nous arrêter notre chute ?