Belgique si tu n'existais pas


Commençons par la définition donnée par Larousse de deux noms cités fréquemment par les journalistes lorsqu'ils interrogent les politiciens, comme ce dimanche par exemple.

Nationalisme: Mouvement politique d'individus qui prennent conscience de former une communauté nationale en raison des liens (langue, culture) qui les unissent et qui peuvent vouloir se doter d'un État souverain.
ou
Théorie politique qui affirme la prédominance de l'intérêt national par rapport aux intérêts des classes et des groupes qui constituent la nation ou par rapport aux autres nations de la communauté internationale.

Communautarisme: Tendance du multiculturalisme américain qui met l'accent sur la fonction sociale des organisations communautaires (ethniques, religieuses, sexuelles, etc.).

On aura compris que la NVA a été l'un des sujets de discussion en ce beau dimanche ensoleillé. La NVA, parti flamand dont Magy vous a déjà parlé, est taxé soit d'extrême droite soit de parti nationaliste.
Voici ce que dit la NVA d'elle-même en ce qui concerne la fin de la Belgique et qui est le cheval de propagande électorale de tous les partis: "La N-VA ne veut mener aucune révolution et ne cherche pas de sécession. Cependant, nous désirons que la Belgique évolue afin de se doter de structures plus démocratiques et plus efficaces. Aussi entendons-nous procéder par étapes. Nous croyons en une évolution graduelle dans le cadre de laquelle un nombre croissant de compétences sont transférées à la Flandre et à l’Europe et où le niveau fédéral disparaît progressivement. Notre but final est, en effet, une Flandre indépendante en tant qu’Etat membre européen, mais le chemin pour y parvenir est jalonné d’étapes et doit être parcouru dans le respect de la démocratie."

Passons au PS, au CDH, au FDF (fédération des francophones) et à la fameuse fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 27 septembre (nommée précédemment Fête de la communauté française).

Si on écoute ces 3 partis et notamment le président du FDF, on entend que le nationalisme n'est pas que flamand. Pourquoi le journaliste parle-t-il de communautarisme?
De quel droit les Wallons ont-ils "annexé" Bruxelles? Magy a déjà posé la question. Oserions-nous imaginer la cabale anti-gouvernementale si les Flamands avaient agi de la sorte?
Pourquoi le PS, le CDH et le FDF ont-ils du mal a accepter 4 régions indépendantes? La Flandre, la Wallonie, Bruxelles et la région allemande qui demande aussi son "autonomie". On ne fait pas grand cas de "ces Belges là". Une Belgique unie semble illusoire pour ces politiciens rétrogrades.

On se rend bien compte que tous se valent et se vendent à leur électorat. Les Belges ont tout intérêt à être solidaires et attentifs s'ils ne veulent pas se faire avaler par l'égocentrisme et le je-m'en-foutisme des pseudo-élus en tous genres.

Tous nous parlent d'accueil des migrants, d'intégration et de multiculturalisme mais ils sont les premiers à diviser les Belges et le pays au nom d'une politique façonnée pour une minorité et qui prend son essor dans la peur et le mécontentement de la faiblesse et la veulerie de ceux qui sont payés pour accomplir une tâche noble et constructive.

Donc, aujourd'hui 27 septembre 2015, rien de nouveau sous le soleil. Personne n'a rien appris malgré le sang, les larmes, la pauvreté grandissante.

Magy



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme : pourquoi vouloir l'égalité dans la débilité et le manque de responsabilité ?

Belgique - résultats des élections - une autre lecture

Peut-on encore espérer du citoyen ?