Péché de démocratie

Pendant que les hommes et les femmes politiques de tous les partis se préparent à leur prochaine nomination (espérée), les citoyens continuent à en voir de toutes les couleurs.
Partout dans le monde, d'une manière ou d'une autre, le système du pouvoir est à revoir. Il n'est en aucune façon "démocratique" (j'en cherche toujours la signification dans son application moderne) et monopolise le temps et l'énergie des candidats pendant une trop longue période dans la durée du mandat qui leur est attribué. De plus, la gouvernance est stratégie de carrière politique et non pas objectif du bien-être des citoyens et stabilité du pays. Les politiciens sont en cela aidés par la presse et les médias, ce qui se traduit par un tango lancinant d'amour-haine. Chacun trouvant dans les pas de danse une raison de paraître voire d'exister.

Dans la période qui nous concerne, nous sommes face à des forces extrêmes qui s'opposent sur fond de crise économique (virtuelle imposée), de terrorisme à grande échelle et d'une arrivée massive de réfugiés ou de demandeurs d'asile comme on voudra. On est plus à une "chicanerie" près.
Du pain béni pour les partis politiques qui y trouvent de quoi manipuler davantage les citoyens pour les drainer vers leur rive.
On a bien compris que l'alliance est utopique et que le partage d'idées diverses pour un équilibre harmonieux est perdu. Les partis au gouvernement et l'opposition feraient bien mieux d'oeuvrer pour leur pays et l'UE plutôt que de s'engouffrer dans les politiques internationales où finalement ils n'ont pas grand chose à dire et ne décident de rien. Ce qui nous ferait économiser des milliards. Même les dirigeants des plus grandes puissances sont bien loin de pouvoir décider des règles du jeu qui sont entre les mains de groupes et de consortiums avides et sans état d'âme. Le reste c'est du show. Le courage et la "propreté" politiques seraient dans le refus des règles actuelles mais où que l'on tourne les yeux on trouve un de nos de pays impliqué dans une tragédie, combattue officiellement d'autre part. (Racisme - une idéologie de l'absurde).
Même dans les pays où les coalitions existent par la force des choses, le respect du choix des électeurs est bafoué. On assiste soit à des coalitions non voulues par un tour de passe passe de clauses, soit à des guerres internes qui pourrissent le bon fonctionnement du système.
Ces extravagances et ces usurpations sont commentées par les spécialistes/analystes sans autre forme de procès, comme si on parlait du dernier tirage du Lotto. Mis à part les électeurs tout le monde semble trouver cela normal et mis à part les électeurs tous les autres papotent de la montée de l'extrême droite, du front de gauche et des citoyens blasés. Etrange.

De nos jours, hormis tous les faits "historiques" qui deviennent monnaie courante, tout est faute de la crise. Il faudrait dès lors expliquer pourquoi auparavant les mêmes problèmes existaient et les mêmes "remèdes" étaient imposés à la population. Les anciens ont toujours entendu parler de crise, de chômage, de taxes "spéciales et momentanées", de grèves, etc....
Ne s'agirait-il pas d'une mauvaise gestion de nos deniers qui s'étale sur des décennies, d'une attitude politique récurrente? Et maintenant oui, face à une difficulté hors proportion et incontrôlable ainsi que du passage à l'euro (dont les Etats souffrent autant que les citoyens - sans pour autant dire que dans l'absolu l'idée soit mauvaise), le gouvernement (quelle que soit sa ou ses couleur(s)) doit faire preuve d'innovation et de sérieux.
Le système du budget devrait sans doute aussi être revu. Allouer des sommes sans contrôler comment elles sont dépensées est un gaspillage énorme. Nous assistons trop souvent à des travaux inutiles, des plans qui ne fonctionnent pas, des outils mal choisis. Un ménage ou une entreprise ne fonctionne pas de cette façon et l'Etat se doit de gérer notre argent en "bon père de famille". Seulement, chaque ministre se bat pour un montant même s'il ne sait ce qu'il en fera.

Prenons le cas en France des retraités. Est-il normal, surtout sous un gouvernement socialiste, que de trop nombreux citoyens attendent depuis plus d'un an et demi que leurs droits à la retraite soit validés? Ces personnes ont travaillé pour la société, ont cotisé et maintenant sont sans ressource, vont être expulsés de leur logement. Pourriez-vous vivre plus d'un an sans revenus?
Encore une fois, le lavage de cerveau fonctionne bien. C'est sous un gouvernement socialiste donc cela est acceptable. Sous un gouvernement de droite ce serait l'anarchie. Dans un cas comme dans l'autre, cela est inacceptable. Parlons seulement du "bling bling" de l'ancien président, c'est plus instructif. Une expression que je trouve puérile du reste. Mais il est vrai que Mitterand, souvent cité en exemple, ne volait pas les deniers des citoyens en logeant comme un roi, femme, maîtresse et enfant à l'Elysée. Et on oubliera son année à la Jeunesse Droite Nationaliste, sa participation aux manifestations contre "les invasions métèques", son travail pour le gouvernement de Vichy, sa décoration Francisque et ses pressions présidentielles pour favoriser le Front National afin de déstabiliser la droite. Il est vrai qu'il faut absolument admirer son incroyable revirement!
En Belgique, les libéraux francophones gouvernent (MR) avec les nationalistes flamands (NVA) c'est ainsi que la presse, les médias et les autres partis politiques surtout le PS décrivent notre gouvernement. Ils précisent aussi que seuls les nationalistes (NVA) ont le fin mot de toute décision. Pourquoi ne pas mentionner les libéraux flamands (Open VLD) de démocrates-chrétiens flamands (CD&V) membres à part entière du gouvernement?
Ceci est aussi une forme de lavage de cerveau destiné à affaiblir le gouvernement que le PS et les syndicats tentent de faire tomber depuis son investiture ainsi qu'à effrayer les citoyens.

Le PS parle à demi-mot et n'a pas la franchise de sa politique de sabotage et non plus d'opposition avec son allié de toujours le CDH (qui boit à tous les abreuvoirs). Le ministre-président de la Wallonie, qui parle plus qu'il n'écoute comme tous les démagogues, est un fervent admirateur de Jean Jaures. On comprend mieux son dévouement au communisme plus qu'au socialisme et sa fougue militante d'un autre âge. Cependant, il ne faut jamais mordre la main qui nous nourrit et alimenter la lutte des classes. Jean Jaures ayant fréquenté les écoles de l'élitisme républicain et ayant été d'abord candidat républicain. Sans ces études et cette opportunité, Jean Jaures n'aurait pas accompli ce que nous enseigne les livres d'histoire.  Cependant, il est clair que le PS compare la NVA à un parti nazi quand il parle de "bottes" dans le parlement ou de l'étoile juive lorsque le ministre Jan Jambon (NVA) propose un badge d'identification pour les demandeurs d'asile. Badge, selon le ministre, qu'ils peuvent porter dans leur poche. Même la Ligue des droits de l'Homme en Belgique s'indigne. Quant au président de la NVA, Bart de Wever, comme tous les anti-royalistes, il aime se voir comme un futur Napoléon avec la gloire et le luxe évidemment. N'en est-il pas de même avec notre ex-Premier Di Rupo qui est trop silencieux pour être inactif ou François Holland qui se voit déjà dans les livres d'Histoire comme l'un des plus grands réformateurs de la France.
Le PS et le CDH ainsi que les autres partis belges portent la responsabilité du gouvernement actuel et des conséquences que nous pourrions subir si leurs propos sont exacts. Personnellement, je n'oublie pas que le MR a été un des partis gagnants aux dernières élections mais que par pur calcul et haine le PS et le reste de la clique ont fait alliance en l'excluant faisant fi du choix démocratique. Il est aisé à présent de décliner toute responsabilité et d'affirmer que jamais "on aurait pensé que le MR aurait osé". Est-ce ainsi qu'un pays doit fonctionner? Est-ce ceci le sens du mot "démocratie" au XXI° siècle au sein de l'Union européenne?

J'estime que le rôle de la presse et des médias qui se veulent neutres, libres et décodeurs, analystes devraient, au lieu de relayer les propos des uns et des autres, sur un sujet aussi grave, faire une réelle investigation et informer si oui ou non des mesures factuelles ont été prises qui mettraient la Belgique sous domination nazi ou sous une montée insidieuse du nazisme.

Dans tous les pays de l'Union européenne, on assiste depuis plusieurs années à une montée spectaculaire de l'extrême droite (les groupuscules pro nazi ayant toujours existé). Aucun pays, aucun gouvernement, aucun parti n'a jamais trouvé opportun de s'indigner, de prendre des mesures, de trouver une solution. Tous ont cautionné ces partis comme "démocratiques" et les ont laissé apparaître sur les listes électorales et à faire campagne. En Belgique on a même trouvé un parti pro sharia! Quand le vent a tourné dramatiquement en Hongrie (extrême droite radicale), des demandes citoyennes ont été faites à l'Union européenne (donc à tous ses Etats membres). L'EU n'a pas réagi sous couvert "d'ingérence". On connait l'histoire. La France (Jacques Chirac) n'a eu aucun problème a accorder la Légion d'Honneur à Poutine.

On pourrait continuer avec la crise des réfugiés, la Syrie et la Turquie et l'attitude de la France, de la Belgique et des médias (avec ses spécialistes). Dans un prochain article bien que les paradoxes et l'absurdité sont toujours les mêmes et se retrouvent dans "Quand la terre tourne carré".
Las, rien ne semble changer ....

Bon dimanche mes amis, et malgré Halloween ne faisons pas la chasse aux sorcières.
Magy




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconcevalble est-il moins grave parce que de gauche ?

Question aux Etats membres de l'Union européenne concernant le J5 groupe de coopération contre l'évasion fiscale transnational

Les pancratiastes.