Haine - égoïsme - populisme

Il y a vraiment des choses très bizarres dans cette société. On cherche désespérément des remèdes en analysant chacun dans sa spécialité les causes des dérives comportementaux ou les mécontentements des citoyens mais on ne se dit pas que ce sont sans doute les bizarreries et les paradoxes de nos attitudes et de nos acteurs de société qui les provoquent.

Nonobstant les articles que j'écris régulièrement, la faculté de certains à persister dans un mécanisme, d'action ou de pensée, parvient encore à m'exaspérer voir à me sidérer.

Pris dans les mailles de la lutte contre l'extrémisme islamiste, nous retrouvons nos acteurs de "Quand la terre tourne carré".
Nous retrouvons, médiatisés, les "bons musulmans" que l'on fait témoigner sur les plateaux de télévision ou aux micros des journalistes après les attentats sur nos sols.
Très bizarre. Pourquoi, me demanderez-vous. Pour les sempiternels paradoxes des Samaritains dont je vous parle semaine après semaine!
On nous serine d'éviter les amalgames donc de ne pas reporter notre colère anti islamistes radicaux contre la communauté musulmane de nos pays européens respectifs.
Premièrement, ceux qui favorisent l'amalgame sont bien ceux qui soulignent une éventuelle similitude entre les deux groupes qui pourrait porter à confusion et ainsi nous égarer. Entendu que nous sommes dans l'incapacité de faire la différence et que les minorités tapageuses sont représentatives des nations incriminées, ce qui fait oublier tous les élans de solidarité de nos populations.
Deuxièmement, il est choquant d'entendre relayer l'idée (surtout par les jeunes musulmans que l'on nous présente comme intégrés) que les musulmans n'ont pas à se manifester contre l'islam radical car ils n'en font pas partie. Si, on a voulu nous présenter cela comme une idée révolutionnaire et belle, cela est plutôt l'inverse. On le détaille au point trois.
Troisièmement, tout citoyen d'un pays démocratique qui partage ses valeurs, et quelles que soient ses convictions religieuses, se doit de manifester et de s'ériger contre toute forme d'oppression, de terrorisme, d'abus, de dictature. Si nous ne nous sentons pas membres des groupes hitlériens ou autre, cela ne nous empêche pas de nous protéger contre ce genre de dérive, il en va de même lorsqu'il s'agit de n'importe quelle forme d'extrémisme.
Quatrièmement, qu'on ne revienne pas avec cette idée de "mal à leur islam", "enfants de la précarité", "jeunes entre deux cultures", etc...... les divers spécialistes et politiques nous ont embarqué dans ce délire pendant des décennies à coup de millions d'euros et cela n'a rien donné, mis à part une population traitée séparément et différemment des autres citoyens en précarité, de parents de nationalités différentes et même de convictions différentes. On constate le résultat.

Ceci nous fait glisser vers le système carcéral, vaste sujet s'il en est. Une chose attire l'attention comme un flash, le coût d'un prisonnier par année: 50,000 euros
Quand on pense que le revenu moyen annuel BRUT d'un citoyen se situe entre 24 et 36,000 euros, certaines questions peuvent émerger dans nos esprits.
D'autant plus lorsqu'on entend que pour améliorer le système carcéral (suivi, encadrement, formation et intégration de sortie, etc....), il faudrait augmenter les budgets. Sachant que les citoyens sont déjà pressés comme des citrons, ne vaudrait-il pas mieux diriger les fonds de meilleure manière.

De façon générale, on entend trop souvent "on manque de moyens". Cependant, les citoyens payent de plus en plus de taxes et ne voient pas vraiment d'amélioration dans leur quotidien ni autour d'eux.
Il est sans doute plus facile d'augmenter les budgets, plutôt que de revoir sa politique ou l'organisation d'un ministère, d'un département. Il ne semble pas que ce soit vraiment l'argent qui soit au centre du manque d'efficacité. Si tel était le cas, l'augmentation des budgets des dernières années aurait fait une différence mais il semble que ce ne soit pas le cas.
Alors, mauvaise organisation, mauvaise gestion, gaspillage de l'argent des contribuables?

Rappelons la montée des partis d'extrême droite et du même genre. N'oublions pas la crise financière et le chômage qui meurtrissent encore et toujours les citoyens européens. C'est la vague idéale pour les populistes. Dès lors, il n'est pas malin, ni opportun encore moins judicieux et juste dans nos sociétés dites démocratiques de privilégier les criminels aux victimes, de ne pas aider de la même manière les citoyens d'un pays et les réfugiés qu'il accueille (il y a une réelle carence et contradiction et peu y font attention), de continuer à diffuser l'idéologie du racisme avec des slogans tels "stop au racisme, stop à la haine" (Racisme - une idéologie de l'absurde) quand on sait que ce n'est pas là que réside le problème mais bien dans une manipulation de groupes divers motivés par leurs propres besoins et convictions.


La résistible ascension d'Arturo Ui de Bertolt Brecht
ROMA : Un peuple surgira, et tous ils marcheront contre toi, une armée sanglante, haine au cœur, et, seul, tu chercheras une aide en vain des yeux, l'aide que j'ai cherchée. Alors menace, implore, et maudis et promets ! Nul ne t'écoutera ! Nul ne m'a écouté !


Magy Craft

2 photos de prison et 2 photos de home. Où sont nos priorités ? Ne pouvons-nous faire mieux et être plus humains pour ceux qui ont oeuvré pour nous? Et quand viendra notre tour?







Posts les plus consultés de ce blog

Les gagnants du chaos

La déflagration des frustrations par procuration

Les gilets jaunes