Continuons l'auto flagellation

J'ai beaucoup écrit sur le radicalisme islamiste. Tout un chapitre dans mon premier livre lui a été accordé et de nombreux articles ont suivi les années suivantes.
Ce qui m'interpellait alors et encore aujourd'hui est bien le rôle des différents acteurs de notre société aux travers de leurs mots, de leurs actes, de leurs paradoxes et même de leur schizophrénie.

Notre ministre de l'intérieur, Jan Jambon, a fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours et beaucoup de salive aussi.

La phrase fatidique est "une partie significative" de la communauté musulmane a "dansé" à l'annonce des attentats."

Il faut préciser que notre ministre de l'intérieur est membre du parti NVA, parti décrié par les autres partis pour prôner une Flandre indépendante et être associée à l'extrême droite.

On entend donc en première ligne l'opposition PS qui profite de cette ouverture pour renforcer sa déstabilisation du gouvernement en place. On n'en sera pas étonné. On est plutôt étonné d'entendre Emir Kir, membre du PS et négationniste, interpeller le ministre de l'intérieur en l'accusant de s'en prendre exclusivement aux musulmans. On se souviendra du refus de la minute de silence de M. Kir en hommage au génocide arménien et du simple rappel à l'ordre de son parti le PS.

On sera aussi surpris du changement du sens du mot "significatif" pour une chercheuse de l'ULB. Selon cette dernière cela signifie que M. Jambon prétend qu'une majorité de musulmans se réjouit des attentats et non pas qu'une partie révélatrice a dansé à l'annonce des attentats.

D'autres s'en prennent au verbe "danser". Ils veulent des preuves, des images. Y a-t-il encore des Belges utilisant des belgicismes? C'est une façon de parler. Intolérable? Peut-être. Moins que les bombes qui explosent, moins que la réalité qu'il y a bel et bien à Bruxelles et en Belgique de nombreuses personnes très heureuses du chaos actuel. Nier qu'il n'y a eu aucune réjouissance suite aux attentats serait un pur mensonge. Nier serait dire que tout va bien depuis des décennies, que la violence, la radicalisation, et les cellules terroristes sont inexistantes sur notre territoire.

On en trouve aussi qui prétendent au contraire que Jan Jambon sait parfaitement ce qu'il dit et que cette phrase est très politique. Qu'il est temps pour la NVA de récupérer les électeurs qui sont repartis vers le parti Vlaams Belang beaucoup plus radical. Entendu que les attaques des autres partis ne sont absolument pas politique mais uniquement un geste civique destiné au bien-être des citoyens, sachant que les partis de l'opposition sont responsables de la montée de l'extrême droite comme partout ailleurs en Europe.

Après les mots islamophobie, "racisme", amalgame, victimisation voici qu'on présente la stigmatisation!

Décidément, on en finit pas de se culpabiliser ou de nous culpabiliser. J'ai aussi maintes fois répondu à ce genre d'attaque à l'encontre des citoyens européens puisqu'on ne leur donne jamais la possibilité de se défendre ni de mettre suffisamment en avant tous leurs gestes de solidarité ou de bien vite les oublier pour aussitôt en dépeindre une image d'assoiffés de sang et de vengeance. A croire qu'on les confond avec les criminels en tous genres. Mais il est vrai que les "spécialistes" de notre époque préfèrent les coupables aux victimes et en prennent bien soin.

On doit donc maintenant docilement accepter d'avoir eu raison en dénonçant la monté de la radicalisation, les ghettos et les zones de non droit tout en ayant été taxé de racistes, d'islamophobes et je passe les insultes sur les réseaux sociaux. On nous demande également d'être amnésiques et philosophes et d'entendre sans sourciller que finalement des représentants de la communauté musulmane ou d''un collectif ou autre (car en plus il faut pouvoir s'y retrouver vu qu'ils n'ont pas de "pape") parlent en leur nom dans les médias pour non seulement désapprouver publiquement les actes violents mais aussi leur demander d'agir en citoyen du pays et non exclusivement en "citoyen musulman" car là est quand-même la grande faille.

Il est donc surprenant que nos propres médias surfent sur les dires de certains politiques (qui ont une raison fondée même si elle est nauséabonde) et affirment que les citoyens sont de plus en plus racistes et islamophobes ainsi que divisés. Qui fait le mieux les travail des extrémistes? C'est à se le demander. On peut en dire autant d'un type particulier de chercheurs et de sociologues béats vivant sur une autre planète dont les rapports sont plus néfastes que réalistes et une clef de solution.

La conclusion est que malgré tout ce qui nous tombe sur la tête, nous en sommes encore à nous disputer pour des mots, des postes, des élections. Que nous sommes encore loin de comprendre le fonctionnement de nos adversaires et encore plus loin de pouvoir anticiper leurs actions. Que nous sommes à des années-lumière d'une pacification par ceux-là même qui la réclament. Il faut donc de nouveaux messagers pour un changement de mentalité. Et après tout cela il paraîtrait encore surprenant pour les politiques, les médias, la presse et les spécialistes que les citoyens européens soient en colère et dépités. Non, pas "racistes" ni islamophobes ni je ne sais quoi. Les humains traduisent leur ras-le-bol envers la cause visible de leurs problèmes. A force de vouloir prendre fait et cause uniquement pour les mêmes personnes, pour les mêmes raisons, pour les mêmes domaines, on crée des disparités dans une société que l'on dit vouloir égalitaire et juste. Le résultat est que ce sont les citoyens acteurs financiers comme contribuables mais aussi comme membres à part entière du pays, du corps social que l'on défavorise et qui se retourne vers les sirènes de la colère et des partis extrêmes.

Magy Craft




Posts les plus consultés de ce blog

Le malin plaisir

La mentalité du vaincu et du vainqueur