Re-publication: Le démantèlement des démocraties: le processus est-il définitivement entamé?

Suivre les démagogues est un leurre, la Turquie en fait les frais en peu de temps. L' Union européenne doit se consolider socialement et économiquement mais elle doit aussi se serrer les coudes au niveau de l'application des valeurs qui lui sont propres et auxquelles nous avons adhéré. Comme déjà écrit, il n'y a pas d'ingérence dans une famille et si un membre est en difficulté, il faut lui venir en aide. Si un membre prend un mauvais chemin, il faut le remettre sur les rails. Si un chef met un pays en danger et donc les membres de la famille, il faut réagir. L' Union ne fonctionnera pas non plus avec des systèmes politiques non démocratiques (différent de mis démocratiquement au pouvoir) en son sein, cela provoquera des blocages et des divisions. Cela nous mettra aussi face à nos éternels paradoxes et hypocrisies.

Magy Craft






Erdogan a gagné, la Turquie a perdu. Il aura fallu moins d'un siècle pour qu'une partie des citoyens turcs entraîne leurs frères et soeurs de sang vers l'obscurité, dans un régime totalitaire et sans liberté. Dans ce pays qui avait versé son sang sans compter pour que vive l'égalité entre hommes et femmes, pour que l'école soit possible et obligatoire pour tous et qu'elle devienne mixte, pour faire naître la séparation des pouvoirs, pour que disparaisse la polygamie, pour que se fasse entendre la parole; dans ce pays, dimanche, une partie des Turcs ont décidé, pour tous, qu'il fallait tout raser et retourner au silence, à l'inégalité entre hommes et femmes, à mettre tous les pouvoirs dans les mains d'un seul individu (sans songer non plus à la personnalité des successeurs), à vivre dans la peur et les délations, les surveillances, tous les beaux ingrédients des dictatures. Comme il est triste et pathétique ce manège des citoyens qui se révoltent et mettent leur pays à feu et à sang pour se libérer d'une tyrannie et qui par la suite se jettent volontairement dans les bras d'un despote en lui fournissant toutes les armes pour les maintenir sous son joug comme par exemple les changements de Constitution.

Nous véhiculons tous en nous des paradoxes. Ce n'est pas bien grave. Les paradoxes sont corrupteurs quand ils deviennent le moteur de nos actes, de nos pensées. Nous allons bien évidemment commenter la situation en Turquie sur toutes les chaînes et dans toutes les langues. Nous serons pour la plupart indignés et inquiets. Cependant, nous avons permis à Erdogan de faire campagne dans nos pays devant la diaspora turque qui lui est très "dévouée". Nous avons laissé des politiques, pro Erdogan et négationnistes, être au pouvoir dans nos communes et avoir une influence directe sur la diaspora. Nous ne nous sommes guère occupé du phénomène car nous sommes dans l'impossibilité de voir le tableau dans son entièreté, tout préoccupés par la division des informations et des analyses au cas par cas: intégration, terrorisme, "racisme", chômage, etc....

A quel autre paradoxe dangereux sommes-nous confrontés? Peut-être au démantèlement des démocratie si on n'y prend garde à temps. Votre Magy n'est pas surprise du résultat turc puisqu'elle l'écrit depuis belle lurette, seuls les aveugles n'ont pas vu les signes précurseurs. Nous nous impliquons comme de beaux diables dans le drame syrien en nous demandant comment faire pour nous débarrasser des radicaux islamistes sans laisser Bachar el-Assad au pouvoir parce que cela ferait tâche suite à tout ce qui a été dit et écrit. On oubliera de se souvenir que nous avons armé les islamistes qu'on nommait alors les rebelles et qu'on préférait à Bachar el-Assad à l'époque. Par contre, il s'avère que nous n'ayons aucun problème avec ce qui se passe au sein de notre propre famille. En Hongrie, la situation est critique depuis un bon moment et le basculement est possible à chaque instant. Il est du devoir des membres de la famille européenne de veiller au bien-être de tous ses citoyens et de répondre à ceux qui appellent à l'aide quand une partie des leurs se laissent abuser par un despote entraînant le pays et donc la stabilité de toute l'Union dans le chaos, la terreur et la guerre. Il n'y a pas d'ingérence dans une famille. Il n'y a pas d'ingérence dans un cas de force majeure et la dictature (même sous forme de démocratie déformée comme la Chine ou la Russie par exemple) est un cas de force majeure. Nous devons surveiller de près ce qui se passe en France car avec le temps l'inadmissible se présente comme un fait très naturel. Atatürk s'était inspiré de la révolution française de 1789 pour instaurer la laïcité en Turquie, les Français vont-ils l'oublier pour les sirènes des chemises brunes ou rouges? Il faut aussi prendre garde à l' Autriche, la Pologne et l'Italie.

Que ce soit vers la droite extrême ou la gauche extrême, les citoyens perdent le sens de l'orientation. Comment est-il possible au XXI° siècle, avec des études obligatoires jusqu'à dix-huit ans au minimum, des moyens de communication et d'information disponibles pour tous que des citoyens puissent vraiment penser, en France, Autriche, Italie...., que changer la Constitution pour donner le pouvoir à une seule personne, abolir des droits chèrement acquis, interdire l'avortement, s'isoler, etc... soit leur issue de secours vers le bonheur?

Relire à ce sujet l'article écrit début de l'année dernière: Froid sur l'Europe - démocratie en danger.
Il n'y a plus de démocratie là où on conditionne les plus faibles pour obtenir gain de cause à l'arraché et que les plus pondérés ne réagissent pas, plus!!

Magy Craft

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Belgique - résultats des élections - une autre lecture

Peut-on encore espérer du citoyen ?