Sophisme ou comment la société déraille

Quoi de plus commun que le procès d'intention comme sophisme le plus répandu. Cet argument au raisonnement trompeur ne sert qu'à abuser l'auditoire. On a remarqué, cependant, qu'il est utilisé à outrance par ceux que votre Magy a nommés la nouvelle classe des commentateurs. En effet, dans ce qui devrait être des analyses factuelles ou encore des prévisions basées sur un raisonnement logique ou d'observation, se glissent dans les débats, commentaires, de manière alarmante, des sophismes de simple inspection - des procès d'intention. Distillés à forte dose, repris par beaucoup sur une certaine période et même si contredits par la suite, ces procès d'intention vont marquer l'opinion publique et former son opinion par rapport à une personne, un évènement, un organisme, un système. Il est maintes fois constaté qu'une rectification n'a pas le même poids dans l'inconscient collectif d'où la dangerosité de cette mécanique.
Qui peut prétendre connaître les pensées les plus intimes d'une personne et si son action à venir ne découle pas d'un fait concret entraînant un autre fait concret logique, cohérent voire plus que probant, qui peut dire ce qui se passe dans sa tête ou ce que contiendra un texte qu'elle n'a pas encore lu par exemple. Prétendre être dans les secrets des dieux est aussi présomptueux car de quels dieux s'agit-il et quels sont leurs intentions? Quant à un système ou une institution, ce sera un travail de longue haleine que de prouver les mensonges ou les erreurs de jugement distillés quelques fois sur des années sans parfois être dans la capacité de réparer les conséquences néfastes en ayant découlé.

L'argumentum ad hominem est aussi péché mignon de cette nouvelle classe de commentateurs. Cette manie à chercher constamment le moindre élément (parole ou acte) qui pourrait contredire le programme, le discours d'une personne sans tenir compte d'évènements qui seraient survenus entretemps et qui obligeraient cette personne à modifier par bon sens une trajectoire définie. A ne pas confondre avec les tyrans et les illusionnistes qui envisagent dès le départ une modification (on le rappelle car la tendance à tout mélanger est navrante).

N'oublions pas nos truculents démagogues qui usent et abusent des sophismes.
Celle communément appelée attaque personnelle et qui vise l'individu et non pas son programme ou ses idées. La mystification aussi qui consiste par exemple à rompre un accord important pour la vie de tous sous prétexte que cela procurera de l'emploi pour quelques- uns.

L'argumentum ad populum ou raison de la majorité et l'argumentum ad odium ou la façon de rendre tout odieux ou inacceptable de la part de la partie adverse. Procédé utilisé de plus en plus et sans commune mesure par l'opposition ou par les protagonistes en campagne électorale.

L'argumentum ad lazarum ou la raison du plus pauvre qui se termine par " la dictature du prolétariat est la seule solution". Utilisé par les syndicats et l'extrême gauche et l'extrême droite aussi quand cela l'arrange.

Fort répandu dans la société, dans nos mentalités est bien le sophisme par association:
un petit exemple: Vous êtes pour le nucléaire? Ah comme cette crapule de député! Ce ne doit pas être un hasard!

Il y a encore beaucoup d'autres exemples. C'est au travers de tous ces sophismes - raisonnements absurdes, fallacieux ou faux que l'individu s'asservit à des idées erronées et à des menteurs qui vont sceller son destin et celui de la société. Votre Magy a souvent attiré l'attention sur ce point en relevant le fait que nul ne démentait les propos erronés ou fallacieux d'un individu dès que ceux-ci étaient émis. C'est une grande faute car demain est souvent trop tard. L'inconscient collectif est imprimé. Dans cette course au temps où tout doit être dit et vu dans la minute quitte à dire n'importe quoi, on omet volontairement ou stupidement l'essentiel celui de mettre les pendules à l'heure au moment opportun. C'est sans doute parce qu'on ne peut se séparer de notre compagnon paradoxe. Cependant, en ayant laissé la porte ouverte au sophisme sans contrôle, on a laissé la société se corrompre et retourner à son stade le plus primitif de sa pensée. Autant la technologie progresse, autant l'esprit régresse. C'est chaque niveau de la société qui est concerné, qui est responsable.

La plus grande responsabilité revient certainement à ceux qui ont laissé et continuent à laisser se répandre l'idée que la culture générale ne sert à rien, que le grec et le latin "c'est mort et pour les riches" (autre sophisme) ou encore que c'est trop difficile pour les enfants d'aujourd'hui, qu'être instruit et éduqué "c'est pas être simple et pas du peuple"(toujours et encore un sophisme). C'est en fait accepter l'asservissement par manque de connaissances et de possibilité de jugement. Votre Magy ne voit absolument pas une démocratie participative sous cet angle en ce moment. Il faudra toujours des personnes qui ont une vue globale des évènements et des connaissances suffisantes pour pouvoir gérer au mieux les intérêts de tous et parler avec le reste du monde car l'intérêt de tous ce n'est pas juste une partie d'une patrie et le monde ce n'est pas juste une commune ou un pays. Il y a trop de pays où cette dérive d'utilisation du sophisme sans contrôle et de manque de contre argumentation (on ne parle pas de bagarre avec d'autres raisonnements fallacieux lors de débats) à mené à la dictature et/au chaos.

Entre sophisme et application pure et dure des textes, il y a le bon sens et lui s'il n'a disparu, il est  devenu une espèce en voie de disparition.
La question est posée une nouvelle fois: pourquoi l'obscurité et la régression gagnent-elles à chaque fois? Comment se fait-ils que nous soyons dans l'incapacité de faire régner la meilleure part de nous et de prendre l'ascendance sur le négatif qui se hisse toujours au pouvoir? Serions-nous lâches ou masochistes après tout?


Magy Craft


PS: le prochain livre de votre Magy est en cours de rédaction.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les gagnants du chaos

La déflagration des frustrations par procuration

Les gilets jaunes